samedi

Louis Duchesne, une mémoire de l'intime


"Louis Duchesne, une mémoire de l'intime", colloque sur Louis Duchesne (1843-1922) du 17 octobre 2016. Une exposition consacrée à cet archéologue, historien et membre de l'Académie française se déroule du 17 au 27 octobre 2016 à Saint-Malo et Saint-Servan-sur-Mer, organisé par la Société d'Histoire et d'Archéologie de l'Arrondissement de Saint-Malo et la Ville de Saint-Malo présidée par Mme Annick Magon de Saint-Elier.
Le colloque a eu lieu dans la salle du théâtre Chateaubriand (6, place Groult Saint-Georges, intra-muros), de 9 h 30 à 17 h 30.
Une réception s'est tenu vers 18 h 00 autour d'un vin d’honneur. Après une présentation de Mme Magon et de l'anthropologue Jean-Luc Blaise, cinq conférences ont eu lieu autour de la vie et de l'œuvre de l'illustre Malouin, dont : "Duchesne l’archéologue, 1872-1894" par M. Christian Bouchet ; « Duchesne, directeur de l’EFR, 1895-1922 » par M. André Vauchez ; "Mgr Louis Duchesne, l'humour "sale gosse" d'un prélat iconoclaste" par M. Jean-Yves Ruaux ; l'historien de l'ancienne église par Mme Brigitte Waché.
LE TELEGRAMME DE BREST DU 14 OCTOBRE : "Lundi, la Société d'histoire et d'archéologie (SHAASM) consacre un colloque à Mgr Duchesne, fils de pêcheur servannais, prêtre, historien, directeur de l'École française de Rome, académicien et humoriste. Explications. Moins connu que Surcouf parce qu'il ne fut ni pirate, ni marchand d'esclaves, Mgr Duchesne (1843-1922) était, selon le pape Paul VI, « un être libre, et par conséquent plein de surprises et riche de révélations... un esprit pour le moins très indépendant dans la critique ». La SHAASM lui consacre un colloque 43 ans après le symposium organisé par le Vatican pour réhabiliter le grand historien de l'église dont certains ouvrages avaient autrefois été interdits comme... sulfureux ! Mais cet audacieux homme d'Église était un héritier de l'ironie de Voltaire dont il faisait profiter les salons et la presse parisienne. Célèbre, il apparaissait même dans des « pubs » de la Belle Époque. Un drôle de prêtre. Il nageait dans l'anse Saint-Père Jean-François Miniac, historien du crime, dressera le portrait de Duchesne. Gamin des grèves, professeur à Saint-Brieuc, puis Monsignore romain, revenant l'été, nager, écrire et lire dans l'anse Saint-Père, pour présider avec humour et solennité le 15 août, à Sainte-Croix.
L'humour ravageur est la signature de Duchesne, comme l'évoquera Jean-Yves Ruaux. Son humour n'épargne ni les cardinaux, ni Marie Curie ! Un rebelle servannais surdoué que rien ne destinait à devenir historien de l'église et seul ecclésiastique dont Jean Jaurès salua l'élection à l'Académie française (1910)... contre un cardinal dans l'Humanité ! Chasseur de papes
Mgr Duchesne est ordonné prêtre à Saint-Brieuc (1867). Il déteste les études religieuses et leur préfère l'archéologie qu'il pratique en Grèce à partir de 1874, comme le rappellera Christian Boucher.
Brigitte Waché, de l'université du Mans, lui a consacré ses recherches et parlera de l'historien de l'église ancienne ; d'autres diraient chasseurs de papes car il élimina de la liste historique ceux dont l'existence n'était pas vérifiée. Duchesne écrivait beaucoup, avec vivacité, mais cela ne l'empêcha pas de diriger pendant 27 ans les chercheurs à l'École française de Rome. Période que l'académicien André Vauchez, son successeur, retracera.
Concoctée par M. Christian Boucher, concepteur de l'ensemble des manifestations, l’exposition (du 17 octobre au 27 octobre inclus) se tient au centre ville de Saint-Servan, dans la salle Bouvet, au premier étage du Théâtre sis 6, place Bouvet, devant l'ancienne mairie.
Dans la continuité de cette initiative saluant cette sommité du monde intellectuel, bretonne et malouine aussi, un ouvrage est lancé en souscription au prix de 15 euros pour les adhérents de la SHAASM. Un ouvrage des éditions Cristel laissant une large part à l'iconographie afin d'élargir le cercle des passionnés de Louis Duchesne. Cet ouvrage est la quatrième de la collection "Les Dossiers de la Société d'Histoire" des éditions Cristel.
Louis Duchesne, l'incontournable monument de l'Histoire, collectif (Boucher, Miniac, Ruaux, Vauchez, Waché), Editions Cristel, Saint-Malo, 180 pages, mars 2017. Prix public : 18, 50 euros.

Arts Sous Les Clochers 2017


Basée dans la Manche, l'association Arts Sous Les Clochers proposent d'exposer temporairement des œuvres d'art dans les églises de Normandie.
Parcours artistique contemporain 2017 : Offrir à 4 ou 5 artistes de créer des oeuvres...
Site pour le crowdfunding : www.kisskissbankbank.com
Site de l'association: Site Internet: www.artsouslesclochers.fr Mail: h.aumont2@netcourrier.com

Des coccinelles dans des noyaux de cerise - Nan Aurousseau


Après six romans parus dans la prestigieuse collection Bleue chez Stock, remarqué par feu Jean-Marc Roberts, le romancier Nan Aurousseau sort en janvier 2017 un nouveau volume, Des coccinelles dans des noyaux de cerise, chez l'éditeur Buchet-Chastel. "Une histoire vraie, terrible", selon les propres mots de l'auteur qui place son nouvel écrit sous le double signe d'Alfred Jarry et de Jim Thompson. C'est dans le Cantal durant l'été 2016 que Nan Aurousseau a tourné son troisième long-métrage, Jour de Pêche, d'après une histoire authentique qui est advenue à l'un de ses amis, avec Jean-Hugues Lime notamment. Richard Bohringer a fait une apparition dans ce film dont la sortie est prévue en 2017. Nan tourne ses deux dernières scènes courant janvier 2017. L'avant-première du film a lieu le 10 juin 2017 au Saint-André-des-Arts à Paris. Avec Nan, je prépare depuis quelques mois un récit romanesque à quatre mains qui, signé et suivi par un éditeur, devrait paraître en 2018. Des coccinelles dans des noyaux de cerise, Buchet-Chastel, janvier 2017, ISBN : 978-2-283-02963-3, EAN : 9782283029633.

"Romain Souber" et Romain Souverbie : un même peintre.


Je recherche tout renseignement sur l'artiste Romain Souverbie alias "Romain Souber".
Six femmes, huile sur toile, signé R.Souber en bas à gauche, format 65 par 100 cm. (Cession Tradart Deauville, maître James Fattori). Si l'huile est non datée sur le catalogue, la facture est d'évidence du XXe siècle. En tapant "Souber" sur le moteur de recherche, un seul document apparaît, un catalogue d'expo. Bibliographie : * Romain Souber, peintures récentes, dessins: catalogue de l'exposition à la Galerie Gérard Mourgue (Librairie), Paris, du 5 au 18 avril 1963, Éditeur La Galerie, 1963. Peintre du XXe siècle, Romain Souber expose donc dessins et peintures à la fameuse galerie Mourgue, à Paris, en avril 1963. Un autre "Romain Souber" est jadis passé aux enchères à Drouot : * Romain Souber, « Composition à l'atelier », huile sur toile signée en bas à gauche, 46 x 37 cm. Bref, si tant est que la signature "R. Souber" soit celle de ce Romain Souber, ma toile est l'une des deux seules connues sur le net. Curieux pour une huile dont la qualité démontre un incontestable métier et donc une trajectoire artistique. C'est tout ce que révèle internet de ce bien mystérieux artiste au talent affirmé mais si discret.. Intriguant.
Ce d'autant que la galerie Mourgue s'avère une prestigieuse galerie parisienne. Si elle a accroché les œuvres de Souber à ces cimaises, parmi les noms de la Nouvelle école de Paris, c'est que le peintre a une œuvre derrière lui...
Romancier couronné par divers prix de l'Académie française, président-directeur général adjoint de la Librairie Julliard, chef de service des émissions littéraires de l’ORTF, puis de Radio-France et de France Culture, le galeriste Gérard Mourgue (1921-1995) dirige alors cet ensemble de librairies et galeries parisiennes( 29, boulevard Raspail et 9, avenue de l'Opéra). Les galeries Gérard Mourgue exposent aussi Maurice-Elie Sarthou (1911-1999) en 1957, Sabine Darrigan et Jean Cocteau en 1957, Georges Artemoff (1892-1965) en 1958, George Choquet-Perez (1923-) en 1959, Richard Jeranian (1921-) en 1959, Jacques Yankel (Jakob Kikoïne au civil) après 1959, Raymond Mirande en 1960, Monique Le Beguec (1929-) en 1961, Jacques Palumbo (1939-) en 1962, Rafel Tona (1903-1987) en 1962, 1963 et 1966, André Sablé (1921-2013) en 1963, Janine Béraud ( épouse de Marcel Arland) en 1963, Victor Laks (1924-2011) en 1963, Jean-Pierre Charpy (1935-) en 1964, Lydie Chantrell (1931-) en 1965, Jacques Chevalier (1924-) en 1965, Jean Bertholle (1909-1996) en 1966, Jean Cuillerat (1927-1998) en 1966, Georg Firmans en 1966, Georges Arnulf en 1967, Etienne Blanc en 1967, Hrair Diarbekirian (1946-) en 1967, Gérard Economos (1935-) en 1967, Jean Nicolle en 1967, Camille Hilaire en 1968, Kazimierz Dzyga en 1968, Libor Sir (1933-) en 1970, Barkev, Mohamed Bouzid (1929-2014).
Huile de Camille Hilaire. Il écrit également une monographie sur Hilaire en 1975 et participe à une monographie sur Boncompain paru en 2005.
HYPOTHESE : Une hypothèse apparaît, à la suite de mes recherches infructueuses sur la toile. Et si ce nom de Souber, rare et une seule fois référencé comme peintre pour l'expo chez Mourgue, était finalement un pseudonyme ? Et, si oui, de qui ? Parmi d'autres, le patronyme Souverbie m'apparait au fil de mes recherches sur le net. "Romain Souber", tel que l'indique le catalogue de la galerie Mourgue, serait-il le peintre Romain Souverbie (1929-), fils du peintre cubiste et académicien Jean Souverbie (1891-1981) ? (L'étymologie de Soubervie provient de l'agglutination de mots d'occitan, dont sober. Variante graphique : Souberbie. En graphie alibertine : Sobervia.) Jeune peintre, 34 ans en 1963, Romain Souverbie aurait-il adopté ce pseudonyme afin de se distancer de la brillante carrière académique de son illustre père exposé chez Bernheim-Jeune ?
Toile de Jean Souverbie. Au soir du 16 août 2016, après avoir glané des informations sur ce peintre dont les jalons biographiques pourraient correspondre, je pose une question publique, au hasard balthazar, sur le blog Blogruz d'un cousin de Romain Souverbie. La grand-mère de ce monsieur est Marcelle Souverbie, sœur de Jean Souverbie et tante de Romain. : " Bonsoir Monsieur, Je possède une toile signée "R.Souber", probablement de "Romain Souber", lequel peintre exposa à la galerie Mourgue en avril 1963. Je me pose la question de savoir si, derrière ce pseudonyme, ne se cacherait pas Romain Souverbie, né en 1929, fils du fameux Jean Souverbie ? Ma question s'apparente à une bouteille à la mer, mais, sait-on jamais, peut-être attendra-f-elle votre rivage ? Au plaisir, Jean-François Miniac." A cette improbable demande, je reçois une sobre et rapide réponse de la part de ce cousin, qui n'est autre qu'un écrivain, Rémi Schulz (Sous les pans du bizarre, Baleine, 2000) : "Bonjour JFM, il s'agit bien de Romain Souverbie." Nouvelle épatante, que cette confirmation validant mon intuition.
ROMAIN SOUVERBIE Élève de l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts à Paris où son père est alors chef d'atelier (1945-1962), Romain Souverbie est à 26 ans lauréat de la 26e promotion artistique de la Casa Velásquez, à Madrid, en 1955-1956. Ce pensionnaire de la Casa Velásquez, l'Académie de France en Espagne alors dirigée par Paul Guinard, y est encore présent une dernière année en 1956-1957, notamment avec le peintre concarnois Jean Le Merdy (1928-2015). Le Merdy est élève de Jean Souverbie à l'ENSBA de Paris dès 1949, tout comme l'admirable Philippe Lejeune (1924-2014), élève dès 1943 ou encore André Even, Jean Pierre Cassigneul, Jean Chevolleau, Claude Gaveau, Paul Collomb, Françoise Gilot (1921- ; compagne de Picasso de 1944 à 1953), Jean Maufay, Alain Le Nost, Georges Rocher, Yves de Valence et Wu Guanzhong. En 1961, Romain Souverbie devient professeur de peinture à l'école des Beaux-Arts de Dijon. De 1987 à 1992, il y enseigne toujours. Selon l'un de ses étudiants, François Lamy, Romain est un "amoureux inconditionnel de Pablo Picasso, période rose comme période bleue", tout comme son père, peintre cubiste figuratif apprécié de Maurice Denis et influencé par Picasso dont il est ami. L'Espagnol a d'ailleurs visité l'atelier de Jean à l'école du quai Malaquais. Son fils Romain a aussi rencontré le maître du cubisme à Vallauris où ce dernier résidait avec Françoise Gilot de 1948 à 1953. "Yves de Saint-Front est à Vallauris, son ami Romain Souverbie rencontre Picasso ; enthousiaste, il propose à Yves de l'introduire près du maître. Il décline l'offre et l'avoue si simplement que je ne comprends pas." indique Gilles Artur, conservateur du musée Gauguin à Tahiti, au sujet du peintre Yves Durand de Saint-Front (1928-2011), fils du célèbre peintre maritime Marin-Marie et élève de Jean Souverbie dès 1947 aux Beaux-Arts de Paris. "J'étais pourtant revenu à Paris depuis, mais je n'avais pas pensé aux tableaux familiaux, et l'évidence dorée m'a fait contacter un fils de Jean Souverbie, Romain, peintre également, lequel m'a appris qu'effectivement le nombre d'or avait été essentiel pour son père, qu'il avait construit son propre compas de proportions, qu'il l'utilisait intensivement dans sa peinture... En 1946, année de son élection à l'Institut, il avait été également appelé à enseigner dans une académie privée de peinture, qu'il avait rebaptisée Académie de la Section d'Or...", écrit Rémi Schulz, féru du nombre d'or, sur son blog pointu. A suivre donc ! Eu égard à la qualité de la toile acquise sur un coup de tête, j'aimerais beaucoup en connaître davantage sur l'oeuvre de ce mystérieux Romain Souverbie, lauréat du prix de la Casa de Velásquez 1956, dont le brouhaha numérique ne distille que de trop rares informations. "Romain est toujours en vie, et accessible à Fontaine-lès-Dijon." me précise ensuite Rémi Schulz. De fait, le 18 août, j'envoie un courrier postal à M. Souverbie, en espérant que ma curiosité artistique n'importune pas cet homme de 87 printemps.
Par ailleurs, réceptionnant la toile à Deauville le 18 août, je découvre une mention "Souverbie" inscrite au crayon sur le cadre, lequel est également tamponné de la maison du quai Voltaire, "Sennelier". Je découvre aussi une date, "62", juste après la signature. Question : cette toile aurait-elle été exposée chez Mourgue ?
Wait and see...

Léandre Laforgue, un nouvel héros romanesque de Sylvain Larue


En 1848, Léandre Lafforgue quitte son Gers natal pour retrouver son père à Paris. Là, il se retrouve mêlé à une série de crimes éliminant un à un les députés du Palais-Bourbon. Au coeur de l'Assemblée nationale, le jeune héros mène l'enquête. Tandis que la Deuxième République vient d’être créée, Léandre devient le bras armé de Bonaparte, pas encore prince-président. Confronté à cette série de morts inexpliquées parmi la représentation nationale d'alors, Laforgue fait preuve de tout son talent et d’une sagacité hors-pair. Premier roman du gersois Larue et premier tome d'une nouvelle série, Les enquêtes de Léandre Lafforgue, ce volume sorti le 22 septembre 2016 chez de Borée est brillant, frais, captivant. Passionné du crime, l'excellent Sylvain Larue est l'auteur de 18 des volumes de la collection des Grandes Affaires criminelles , laquelle compte des centaines d'ouvrages départementaux comme régionaux, voire thématiques. Parue chez de Borée, cette collection fut initiée et longtemps dirigée par Anthony Frot, aussi directeur de collection de Laforgue. Souhaitons une longue vie littéraire à ce Rastignac gascon ! Qu'il soit l'occasion pour son auteur de passer du genre True Crime au genre romanesque.

Les Grandes Affaires Criminelles n° 10 (août-septembre-octobre 2016)


Bert Spaggiari, Emile Buisson, Jules Bonnot, Pierre Loutrel, Jacques Mesrine, le gang des Lyonnais et l'attaque du train postal Glasgow-Londres font l'objet de sept articles signés Jean-François Miniac dans le nouveau numéro du trimestriel des Grandes Affaires Criminelles. Dans ce superbe magazine grand format laissant une part belle à l'iconographie et au talent du graphiste Franck Lecacheur, une vingtaine des " plus grands vols et braquages de l'Histoire" sont évoquées sur 150 pages par cinq auteurs, Jean-Michel Cosson, Philippe Grandcoing, Michel Benoit, Christophe Belser et votre serviteur : du poète François Villon au vol du "Cri" et de la "Madone" du peintre Edvard Munch, en passant par Arsène Lupin, Al Capone, Bonnie and Clyde. Père du commissaire Merle, le romancier bourguignon Michel Benoit revient notamment sur le massacre de la Saint-Valentin. Aujourd'hui, ce titre de presse s'est imposé comme la revue emblématique de l'histoire de la criminalité en France. Bref, concocté par Anthony, ce numéro s'avère être une belle lecture, estivale et salvatrice, à déguster les doigts de pied en éventail dans le sable balnéaire, la tête dans ces incroyables récits de mauvais garçons. En somme, le temps conférant une indéniable patine aux affaires saillantes du passé et anéantissant la charge émotionnelle initialement inhérentes à celles-ci, cette lecture reste un échappatoire à la trivialité ambiante de ces jours anxiogènes.
Les Grandes Affaires Criminelles n° 10, est disponible dans tous les bons kiosques de France, de Navarre et du Diable Vauvert.

Sorolla à Giverny


Les Grandes Affaires Criminelles, n° 9s (été 2016)


Ecrit par Sylvain Larue, Vincent Brousse, Alain Dommangé, Charles Bottarelli, Bruno Dehaye, Christophe Belser, Thierry Desseux et votre serviteur, ce numéro spécial du magazine Les Grandes Affaires Criminelles s'avère une compilation de récits de crimes passionnels et d'affaires insolites. Quatre des récits sont de la plume de Jean-François Miniac : Mestorino, Renaud et Courtois,
Les Grandes Affaires Criminelles, n° 9s (été 2016), est disponible dans tous les bons kiosques de France et de Navarre.

Colloque Louis Duchesne


"Louis Duchesne, une mémoire de l'intime", est ma contribution au Colloque Louis Duchesne (1843-1922) du 17 octobre 2016. Une exposition consacrée à cet archéologue, historien et membre de l'Académie française se déroule aussi du 17 au 27 octobre 2016 à Saint-Malo et Saint-Servan-sur-Mer, organisée par la Société d'Histoire et d'Archéologie de l'Arrondissement de Saint-Malo présidée par Mme Annick Magon de Saint-Elier. Le colloque se déroule dans la salle du théâtre Chateaubriand (6, place Groult Saint-Georges, intra-muros), de 9 h 30 à 17 h 30.
Après une présentation de Mme Magon et de l'anthropologue Jean-Luc Blaise, cinq conférences ont lieu autour de la vie et de l'œuvre de l'illustre Malouin, suivies par un public nombreux et attentif, appuyées à la technique par le vice-amiral Alain Regard. Les voici, outre "Duchesne, une mémoire de l'intime" : "Duchesne l’archéologue, 1872-1894" par M. Christian Bouchet ; « Duchesne, directeur de l’EFR, 1895-1922 » par M. André Vauchez ; "Mgr Louis Duchesne, l'humour "sale gosse" d'un prélat iconoclaste" par M. Jean-Yves Ruaux ; l'historien de l'ancienne église par Mme Brigitte Waché.
LE TELEGRAMME DE BREST DU 14 OCTOBRE : "Lundi, la Société d'histoire et d'archéologie (SHAASM) consacre un colloque à Mgr Duchesne, fils de pêcheur servannais, prêtre, historien, directeur de l'École française de Rome, académicien et humoriste. Explications. Moins connu que Surcouf parce qu'il ne fut ni pirate, ni marchand d'esclaves, Mgr Duchesne (1843-1922) était, selon le pape Paul VI, « un être libre, et par conséquent plein de surprises et riche de révélations... un esprit pour le moins très indépendant dans la critique ». La SHAASM lui consacre un colloque 43 ans après le symposium organisé par le Vatican pour réhabiliter le grand historien de l'église dont certains ouvrages avaient autrefois été interdits comme... sulfureux ! Mais cet audacieux homme d'Église était un héritier de l'ironie de Voltaire dont il faisait profiter les salons et la presse parisienne. Célèbre, il apparaissait même dans des « pubs » de la Belle Époque. Un drôle de prêtre. Il nageait dans l'anse Saint-Père Jean-François Miniac, historien du crime, dressera le portrait de Duchesne. Gamin des grèves, professeur à Saint-Brieuc, puis Monsignore romain, revenant l'été, nager, écrire et lire dans l'anse Saint-Père, pour présider avec humour et solennité le 15 août, à Sainte-Croix.
L'humour ravageur est la signature de Duchesne, comme l'évoquera Jean-Yves Ruaux. Son humour n'épargne ni les cardinaux, ni Marie Curie ! Un rebelle servannais surdoué que rien ne destinait à devenir historien de l'église et seul ecclésiastique dont Jean Jaurès salua l'élection à l'Académie française (1910)... contre un cardinal dans l'Humanité ! Chasseur de papes
Mgr Duchesne est ordonné prêtre à Saint-Brieuc (1867). Il déteste les études religieuses et leur préfère l'archéologie qu'il pratique en Grèce à partir de 1874, comme le rappellera Christian Boucher.
Brigitte Waché, de l'université du Mans, lui a consacré ses recherches et parlera de l'historien de l'église ancienne ; d'autres diraient chasseurs de papes car il élimina de la liste historique ceux dont l'existence n'était pas vérifiée. Duchesne écrivait beaucoup, avec vivacité, mais cela ne l'empêcha pas de diriger pendant 27 ans les chercheurs à l'École française de Rome. Période que l'académicien André Vauchez, son successeur, retracera.
A l'issue des conférences et d'une table-ronde avec les conférenciers, une réception se tient vers 18 h autour d'un vin d’honneur, en présence notamment de Raymond Le Tertre, ancien présentateur du journal télévisé des années 70 et mémoire de la Région. Concoctée par M. Christian Boucher, concepteur de l'ensemble des manifestations, une vaste exposition (du 17 octobre au 27 octobre inclus) se tient au centre ville de Saint-Servan, dans la salle Bouvet, au premier étage du Théâtre sis 6, place Bouvet, devant l'ancienne mairie. Les objets et tableaux conservées par Marie-Anne Miniac y sont notamment présentés. Ouvert de 10 à 12 h, de 14 à 18 h.
Dans la continuité de cette initiative saluant cette sommité du monde intellectuel, bretonne et malouine aussi, un ouvrage est lancé en souscription au prix de 15 euros pour les adhérents de la SHAASM. Un ouvrage des éditions Cristel laissant une large part à l'iconographie afin d'élargir le cercle des passionnés de Louis Duchesne. Cet ouvrage est la quatrième de la collection "Les Dossiers de la Société d'Histoire" des éditions Cristel ( "Jean de Chatillon, second saint fondateur de Saint-Malo", "Anne de Bretagne et Saint-Malo", "Août 1944, Saint-Malo libéré" ).
Louis Duchesne, l'incontournable monument de l'Histoire, collectif (Boucher, Miniac, Ruaux, Vauchez, Waché), Editions Cristel, Saint-Malo, 180 pages, mars 2017. Prix public : 18, 50 euros.

lundi

Stavisky, l'escroc du siècle, film de Claude-Michel Rome


Dialogue autour du métrage de Claude-Michel Rome, Stavisky, l'escroc du siècle : "Le téléfilm sur Stavisky passé cette semaine présentait des anachronismes sur la Cagoule justement et une erreur sur Albert Prince que Claude-Michel Rome présente comme procureur et qui était conseiller. Rappelons que Schueller , le financier de tout cela est monsieur l'Oréal ; Realpolitik quand tu nous tiens..." m'écrivait un collègue écrivain, grand romancier du noir. "Héla oui pour les anachronismes relatifs à la Cagoule ! lui répondais-je. Elle n'existait donc pas encore au moment de l'affaire Stavisky puisque le CSAR nait justement de l'échec du 6 février 1934, conséquence entre autres de l'affaire Stavisky. Ah oui, je n'avais pas relevé pour le conseiller Prince. Ce qui m'a gêné également, même si c'est une fiction populaire, et surtout si cela en est une d'ailleurs, c'est de ne pas avoir respecté un minima la réalité des physionomies des personnages. Le film présente notamment des photos de trois cagoulards en prenant des photos d'acteurs ; cela aurait été si simple de montrer des visuels retouchés des vrais protagonistes. Oui, et les Michelin, les huiles Lesieur, et autres Renault. Et, dans votre région, un certain Jean Dominique Moreau de la Meuse, filateur à Roubaix. Mais, malgré toutes ces réserves, agaçantes d'emblée, le film était agréable à suivre. Après tout, c'est peut-être là l'essentiel ? J'ai relevé des détails que j'ignorais (le fait que Stavisky sauve un épargnant de la faillite, par exemple) mais au vu des incohérences historiques précédentes, je ne sais si ces détails relèvent de l'invention ou du réel. Et c'est bien dommage. Le mieux est de bâtir une fiction, avec de vrais personnages de fiction, sur un fond historique vraisemblable, tel le superbe Village Français, davantage que de traiter d'un sujet précis avec une certaine légèreté. " "Ou faire de l'uchronie à la Dumas, inventer les protagonistes d'une histoire branchée sur l'Histoire. L'affaire Stavisky est certes une fiction populaire et c'est bien." concluait mon interlocuteur.

Victor Lustig in Escroqueries Légendaires d'Eric Yung.


Au-delà de la thématique de l'escroquerie qui m'intéresse vivement, appréhendée ici par le journaliste et écrivain Eric Yung, il y a un récit qui m'intrigue dans ce livre généraliste à la maquette alléchante : le chapitre consacré à Victor Lustig, le gansgter austro-hongrois de la bande d'Al Capone, lequel aurait vendu la tour Eiffel à un ferrailleur français en mal de reconnaissance, le dénommé Poisson. Histoire emblématique de l'escroquerie en France, maintes fois relatée dans les livres et propagée depuis sur la toile, jadis écrite par le passionnant conteur qu'est Pierre Bellemare.
La couverture sur le site du Cherche-Midi. Pour autant, en cherchant des références dans la presse contemporaine des faits supposés voici deux ans, je n'avais strictement rien trouvé qui puisse corroborer le récit de cette escroquerie à la Tour. L'existence de l'homme est avérée par les journaux - sa participation à d'autres escroqueries lui vaut ainsi une arrestation et une incarcération en France. Mais l'existence de l'escroquerie à la tour Eiffel elle-même n'est attestée par aucune des sources écrites de l'époque que j'avais alors consultées. Tout comme aucun des noms des protagonistes cités dans le chapitre Lustig du livre de Bellemare consacré aux escroqueries : Les Génies de l'Arnaque, paru chez Albin-Michel en 1994. A commencer par le fameux Poisson, supposé ferrailleur de son état. Pas le moindre encart commercial. Pas la moindre adresse. Rien. Absolument rien. Au-delà du goût pour la littérature d'Eric Yung, ancien policier versé dans l'écriture, c'est donc avec un intérêt particulier que je lirai ce chapitre de son Escroqueries Légendaires qui parait début mars 2016 aux éditions du Cherche-Midi, espérant trouvé quelques réponses à mes questions. Au regard de ce livre à paraitre, cet intérêt tout personnel pour la véracité sur ce sujet n'a aucune importance puisque le titre même du volume invoque l'aspect légendaire des choses. Ceci étant, j'aimerais bien un jour connaître le fin mot de l'histoire Lustig. Mythe ou réalité ? Si le mythe était avéré, il serait de même intéressant de savoir les circonstances de sa naissance. Au fond, pour ce dernier, ne serait-ce pas la plus magistrale des escroqueries que de se voir attribuer par la postérité une escroquerie aussi emblématique qu'imaginaire ?
En me penchant sur cette nouveauté, je m'aperçois qu'Eric Yung a également écrit un autre livre sur l'escroquerie en 2103, lequel "Escroqueries en tout genre" fait implicitement référence à la supposée escroquerie de Lustig en arborant une tour Eiffel à vendre en couverture. Autre achat de librairie en perspective pour qui s'intéresse au mystère Lustig !
YUNG Eric, Escroqueries légendaires, Le Cherche-Midi, sortie le 3 mars 2016. ISBN-10: 2749121108 ISBN-13: 978-2749121109 228 pages, 405 grammes, prix public de 17 euros. Présentation de l'éditeur "Romulus Brinkley, constatant qu'un grand nombre d'américains se plaignent de faiblesse sexuelle, leur propose de se faire greffer des testicules de bouc. Pour ce faire, en 1918, il ouvre un hôpital de 50 lits, embauche six chirurgiens. Et, miracle inattendu : plusieurs femmes d'opérés témoignent publiquement de leur satisfaction. Cet escroc, puisqu'il en est un, devient l'un des hommes les plus riches des États Unis (il est le propriétaire de plusieurs voitures dont une Lincoln gravée à son nom, d'un avion privé, de deux yachts, d'un voilier de 170 pieds, d'une chaîne de radio etc.). On a estimé que Romulus Brinkley avait greffé, en 16 ans, plus de 5000 paires de testicules de boucs à des hommes en quête de virilité. Or, le dossier de Romulus Brinkley n'est pas unique, loin de là. Les " génies de l'arnaque " se comptent par centaines. De l'affaire Victor Lustig, cet austro-hongrois qui a vendu, en 1925, la Tour Eiffel à un ferrailleur parisien et qui, après avoir récidivé plusieurs fois avec des combines du même genre, a fini ses jours sous la protection d'Al Capone à celle de "Helga de la Brache" qui a convaincu les plus grands de ce monde qu'elle était la fille cachée du roi de Suède, en passant par " Le suaire de Léonard de Vinci " et autres astuces frauduleuses qui, en leur temps, ont défrayé la chronique judiciaire, les histoires de délinquance astucieuse sont nombreuses. Éric Yung a réuni les plus drôles, les plus géniales et les plus insolites." Biographie de l'auteur "Journaliste et écrivain, rédacteur en chef à Radio France, chroniqueur littéraire pour le magazine culturel BSC NEWS, Éric Yung a déjà publié, au cherche midi, La Tentation de l'ombre (en cours d'adaptation cinématographique), Du cambriolage considéré comme l'un des beaux-arts, Un silence coupable et Les nouvelles Archives de l'Étrange. L'auteur habite le Loir et Cher (41)" Décidément, la narration des grandes figures de l'escroquerie des XIX et XXe siècles est à la mode aujourd'hui dans l'édition, après une longue absence du sujet depuis son évocation par Pierre Bellemare. Après mon bouquin sorti en 2014 chez Métive (Affaires d'Etat, Affaires Privées), puis celui de Eric Yung paru en mars 2016, voici l'escroc Christophe Rocancourt qui se colle à l'exercice en avril 2016 avec un titre accrocheur, L'escroquerie, le 8ème art, dont le sous-titre joue à profit sur la médiatisation de l'ancien escroc Rocancourt. Naturellement, les classiques du genre sont évoqués dans ce dernier livre, peut-être écrit par celui qui attire l'attention médiatique par son parcours carcéral antérieur. A nouveau, il est question d'un marronnier du genre : la figure de Victor Lustig. Dont les exploits relatifs à la Tour eiffel, selon mes recherches approfondies en archive, s'avèrent bien hypothétiques. Jusqu'à preuve du contraire, si Lustig a bel et bien existé, il n'a jamais vendu de tour Eiffel à qui que ce soit si l'on se réfère à la presse de l'époque qui, outre le fait que jamais l'escroquerie n'est évoquée, ne relève aucune preuve de l'existence de l'un ou l'autre des autres protagonistes de l'affaire, victime, fonctionnaires divers. Le dénommé Poison, celui étant supposé être sa victime, n'apparait jamais dans la presse de son époque. A-t-il jamais existé ?.. Mystère. Et tout de la même eau pour ce récit... Et chacun de replanter ce marronnier pour son propre compte.. "En février 2015, Christophe Rocancourt, à l'issue de quatre mois de détention, est mis en examen pour trafic d'influence et corruption : il a indirectement provoqué la chute du directeur du 36, quai des Orfèvres où 52 kg de cocaïne ont été dérobés. Dans ce livre, Rocancourt s'interroge sur ce qui fait le génie des grands escrocs. Il révèle les ficelles du métier, ses trucs et ses codes. L'escroquerie est un art qui requiert savoir-faire et talent. La technique ne suffit pas, il faut du brio. Les vrais professionnels charment leur proie avant de la saigner. De ses pairs, il jauge les forces et les faiblesses et conclut, à l'heure des nouvelles technologies, que les escrocs sont une espèce en voie de disparition. La pléiade présentée ici a été sélectionnée pour son panache et sa diversité : Frank Abagnale vole en pilotant, Alexandre Jacob préfigure Arsène Lupin, les soeurs Fox parlent aux esprits pour ruiner les vivants, Fernand Legros dupe le marché de l'art, Victor Lustig vend deux fois la Tour Eiffel, Vrain-Lucas, faussaire de génie, bénéficie de l'appui de l'académie des sciences... "