samedi

Nan Aurousseau, La Grande Librairie


Ce mercredi 16 janvier 2019, Nan Aurousseau est passé à La Grande Librairie sur la 5, une émission enregistrée le mercredi 9. Autant dire que, pour une fois, j'étais rivé devant l'étrange lucarne à scruter cette messe cathodique hebdomadaire.
Notamment aux côtés de sieur Eric-Emmanuel Schmitt, Nan y présentait son dernier roman paru chez Buchet-Chastel : Les Amochés.
Et après un bien naturel moment de flottement initial, il a littéralement crevé l'écran, revenant notamment sur son passé atypique avec sa verve habituelle ! Beau coup pour l'ami Nan car, même si l'essentiel est ailleurs, passer dans une telle émission reste synonyme de forte pression ! Bravo l'artiste ! Cerise sur la gâteau, Nan passera chez Hélène Martin sur France Inter le samedi 26 janvier prochain.

Les Amochés, nouvel opus de Nan Aurousseau


Comme à chaque rentrée littéraire de janvier, l'ami Nan Aurousseau sort son nouveau roman noir chez Buchet-Chastel, qu'on se le dise dans les terriers. Et c'est un plaisir de relayer sa sortie. Car il est pétris d'humanité, cet homme-là. Et c'est un fiable partenaire d'écriture. D'une fiabilité hors-pair. Ce qui n'est pas si courant, notamment dans nos métiers de création, convenons-en. Alors, si vous n'avez pas lu l'auteur de Bleu de chauffe, roman paru chez Stock en 2005 et paterné en son temps par le regretté Jean-Marc Roberts, voici une belle occasion de découvrir un romancier des plus attachant. "Après une vie de bâton de chaise et de nombreuses errances, Abdel Ramdankétif se retire dans le village de montagne où ses parents étaient venus vivre quand ils étaient arrivés en France. Tout a bien changé en quelques décennies : ses parents sont morts, et le village est quasi abandonné... Seuls, Jacky et Monette, un couple de voisins, survivent à la manière de vieux sages. Abdel s’est installé là, loin des hommes et de la modernité dont il se contrefout. À la fête annuelle du village, il a même rencontré Chris, une psychiatre de la ville la plus proche. Leur histoire d’amour a duré trois mois. Peu après la rupture qui a mis notre homme k.o., un événement surnaturel se produit qui va conduire Abdel Ramdankétif au bord de la folie et le mêler aux histoires gratinées d’une étrange famille. Observateur attentif du genre humain, Nan Aurousseau, dans ce nouveau roman noir, explore, avec un regard non dénué d’humour, une certaine province française - avec ses pauvretés et ses amochés."

France Culture : Une Histoire Particulière


Comme trois autres intervenants, Jean-Marc Berlière, l'avocat pénaliste Pierre Cornut-Gentille et Bruno Fuligni, j'ai le plaisir d'évoquer l'affaire du conseiller Albert Prince dans le cadre d'un documentaire de France Culture. Affaire criminelle majeure de l'entre-deux-guerres, ce mystérieux mais fort probable assassinat sur un arrière-plan politique avait été relaté voici quelques années dans "Les Grandes Affaires Criminelles du Rail". J'y étais également revenu dans le magazine "Les Grandes Affaires Criminelles de l'Histoire". L'enregistrement de mon entretien - une bonne heure - a eu lieu à Radio France le 16 novembre 2018, à l'invitation du producteur du documentaire qui s'était aussi longuement plongé dans le dossier criminel aux archives nationales. Dans le cadre de l'émission "Une histoire particulière", l'épisode réalisé par Yvon Croizier et Romain Weber est diffusé le weekend des 24 et 25 novembre 2018, en deux parties : l'une de 29 minutes le samedi 24 (Un train peut en cacher un autre), de 13 h 30 à 14 h, et l'autre de la même longueur le dimanche 24 (C'est un assassinat qu'il me faut), aux mêmes heures. "Mais qui a tué le conseiller Prince ?", pour reprendre le nom générique de l'épisode, vous le saurez peut-être en écoutant l'émission radiophonique... Les questions demeurent multiples : s'agit-il d'un suicide déguisé en assassinat ? D'un assassinat maquillé en suicide ? Voire même d'une hypothèse plus complexe ?
Bibliographie sur le sujet : - Mon père, l'inspecteur Bonny, Jacques Bonny, Robert Laffont, 1975. - Ils ont tué mon père. L'affaire Prince, 1934, Gisèle Dessaux Prince, Plon, 1995. - Un scandale d'Etat, l'affaire Prince, Pierre Cornut-Gentille, Perrin, 2010. - Les grandes affaires criminelles du rail, Jean-François Miniac, Editions de Borée, 2013. - Secrets d'Etat, Bruno Fuligni, Editions de l'Iconoclaste, 2014.
Podcasts : https://www.franceculture.fr/emissions/une-histoire-particuliere-un-recit-documentaire-en-deux-parties/mais-qui-a-tue-albert-prince-12-attention-un-train-peut-en-cacher-un-autre https://www.franceculture.fr/emissions/une-histoire-particuliere-un-recit-documentaire-en-deux-parties/mais-qui-a-tue-albert-prince-22-cest-un-assassinat-quil-me-faut Comme le monde est petit, bien davantage qu'on ne le croit, j'apprends après la diffusion du documentaire qu'une de nos lointaines cousines, Maryvonne, jouait au bridge avec la fille du conseiller Prince, Gisèle (1920-2011), et le mari de cette dernière, un magistrat héritier d'un industriel orléanais, André Dessaux (décédé à 103 ans en août 2016). J'aurais aimé le savoir auparavant et, le cas échéant, discuter avec eux de l'affaire qui a marqué la vie de Gisèle Prince. Après l'affaire, le cercle des connaissances de la famille Prince ont fait le vide autour d'elle ; ce dont Gisèle Prince avait souffert.

Nouveau documentaire sur Planète (CI) : L'Affaire Sarrejani


Jeudi, c'est Bonaldi. Nouvel enregistrement d'une heure, jeudi 7 juillet à Paris, pour une émission télévisée de 55 minutes. Cet épisode est consacré à une ancienne affaire criminelle fleurant bon la lavande, la soupe au pistou et l'hydroxyde de soude : l'affaire Sarrejani. Cela a été une surprise de retrouver Sylvain, notre icône de l'étrange lucarne, comme disait jadis le palmipède enchaîné. L'occasion d'évoquer aussi en fin d'entretien avec la réalisatrice le livre dans lequel je retrace cette saillante histoire d'escroquerie : Affaires d'Etat, Affaires Privées. Ce documentaire sera diffusé du 22 décembre 2016 au 15 janvier 2017 sur Planète CI, anciennement Planète Justice, la chaîne thématique de Canal + et de France Télévisions.
Le documentaire est diffusé à nouveau plusieurs fois en 2018, dont le 17 novembre à 16 h 05, le 18 novembre, le 28 novembre 2018 à 15 h 55, le 29 novembre également.

Une visite publique



A la rentrée 2016, j'ai le plaisir d'intervenir quelques minutes dans un magazine quotidien de France 2, précisément dans un sujet relatif à un escroc faisant l'objet d'un chapitre de mon livre "Affaires d'Etat, Affaires Privées", paru l'an passé : Viktor Lustig. L'interview par le chroniqueur Baptiste Mathon a lieu le jeudi 8 septembre à Paris, dans les jardins du Trocadéro, face à la tour Eiffel, objet de la transaction supposée de Lustig. Ce court sujet d'ordre historique de 11 minutes intègre une émission enregistrée par un incontournable animateur du service public, Stéphane Bern, le 13 septembre. De fait, c'est l'occasion de tordre le cou à une légende du genre évoquée dans le volume, celle de Victor Lustig. Mon court entretien - une ou deux minutes - intervient en fin du sujet de la future émission "Gare aux faussaires". Il a fallu deux heures de tournage pour cet entretien, filmé sous divers angles, avec divers champs et diverses caméras dont une petite Osmo. Il a encore fallu négocier avec les aléas du moment, le soleil jouant alternativement avec les nuages et un ouvrier égosillant son marteau-piqueur contre un mur du musée de la Marine. Bref, un moment sympa où la prestation relève autant du jeu d'acteur que du narrateur de l'histoire. Le magazine est diffusé fin septembre.
Le journaliste Baptiste Mathon et le caméraman, dans les jardins du Trocadéro. En 2012, Baptiste Mathon était l'auteur d'un premier roman : Salutations non distinguées…, paru chez Mon Petit Editeur. Avant France 2, il a officié chez Canal et ITélé.
Le 30 septembre 2016 sur France 2, l'entretien conclue le reportage ''Victor Lustig, l'homme qui a vendu la tour Eiffel'' du magazine Visites privées de Stéphane Bern intitulé ''Gare aux faussaires''.