lundi

Miniac chez Jacques Pradel, RTL, janvier 2014.

Les Grandes Affaires Criminelles du Rail dans L'Heure du Crime, chez Jacques Pradel, sur RTL, le 27 janvier 2014 : Chaque jour de la semaine, du lundi au vendredi, de 14 à 15h, le journaliste-écrivain Jacques Pradel anime l'émission L'Heure du crime sur les ondes de RTL, première radio de France devant Europe 1, France Inter, Europe 1, RMC et France Bleu avec 12, 5 % d'audience en parts cumulées. Depuis le 25 août 2010, il présente L’heure du crime, ce rendez-vous quotidien relatant au moins un fait divers ayant marqué les Français, analysant les grands faits divers judiciaires de France. Auteur de quatre livres de "True crime" à compter de 2010, parus aux éditions Télémaque, Jacques Pradel a écrit une dizaine de livres en parallèle de son activité journalistique, couronnée d'un Prix Roland Dorgelès. Chaque jour, l'émission est écoutée par 900.000 auditeurs en 2013. L'émission ayant initialement contacté les éditions de Borée pour un passage à l'antenne en décembre et ne pouvant être disponible à l'époque, nous avons convenu d'un nouveau rendez-vous après les fêtes, en janvier, précisément le 27 lundi janvier 2014. EDITO : "Bonjour à tous ! Tout le monde a en tête « le crime de l’Orient Express » d’Agatha Christie ou, plus près de nous, le film de Costa Gavras « Compartiment tueur ». On a eu envie de savoir ce qu’il en était dans la réalité. Mon invité, Jean-François Miniac, scénariste et dessinateur, est littéralement fasciné par le sujet. Avec lui nous allons remonter le temps, depuis l’été 1984 où un mystérieux groupe terroriste « M5 » a fait trembler la France avec ses attentats contre des gares, à Lyon, à Grenoble, à Annecy. On évoquera la mystérieuse affaire de la mort du conseiller Prince, retrouvé déchiqueté sur une voie de chemin de fer près de Dijon, à l’époque du scandale Stavisky. Dans les « incontournables », nous vous raconterons une affaire de malle sanglante qui plonge les enquêteurs de la sûreté parisienne dans le milieu des collectionneurs de timbres. Bref, nous constaterons que la fameuse phrase gravée sur les vitres des compartiments de chemin de fer « E pericoloso sporghersi » est toujours d’actualité !" Jacques Pradel Le vendredi 24 en fin d'après-midi, après avoir été averti d'un premier choix en début d'après-midi, j'ai été informé par l'assistante de Jacques Pradel, Perrine, des quatre affaires ferroviaires qui seront évoquées durant l'émission, toutes quatre issues du livre de chez De Borée, comme illustration de la criminalité ferroviaire. Pour l'équipe de L'Heure du crime, le fait d'avoir du matériel sonore est aussi une condition dans le choix des histoires. Un nécessité s'impose : diffuser du matériel sonore pour l'une ou l'autre des affaires. Les voici donc : L'affaire Joseph Aubert et Marguerite Dubois, samedi 15 mai 1896, Paris et Couville (Manche). Cour d'assises de la Seine, Paris, 5 novembre 1896. L'affaire du conseiller Prince (183-1934), mardi 19 février 1934, Dijon (Côte d'Or). Affaire classée Acte de naissance d'Albert Prince ( Grand merci à Sylvain Larue). L'affaire Auguste-Lazare Méla (1895-1960) et l'attaque du train d'or ( Joe Rossi, Etienne Demarque, Emile Long, Jean Silvestri, Ange Simon, Joseph Dessi-Attlilo, Paul Leca), 22 septembre 1938, Marseille-Sainte-Barthélémy. Cour d'assises des Bouches-du-Rhône, Aix-en-Provence, 24-26 octobre 1940. L'affaire M5 le maudit, Thierry Maitret et Claude Vallot, 13-17 août 1984, Lyon, Annecy et Grenoble. Cour d'assises de Haute-Savoie, Annecy, 25 novembre 1988. Arriver à Paname au matin par la gare Saint-Lazare, passer devant le lycée Condorcet cher à Serge Stavisky, puis rue du Faubourg Saint-Honoré, puis devant la place Beauveau, siège de la DST, curieusement comme autant de lieux présent dans les affaires de la prochaine émission. Puis, après cette marche à faire du lèche-galeries, picorer avant de me rendre devant RTL et d'y rencontrer la responsable de collection chez de Borée, ponctuelle au rendez-vous. Au final, en arrivant au 22 rue Bayard, l'assistante de l'émission m'indique que celle-ci se focalisera sur l'affaire M5 ( celle que je maîtrise le moins), l'affaire Prince, l'affaire Aubert-Dubois, l'affaire Steffen et, in fine, l'affaire du train d'or. Après discussion, nous évacuons l'affaire Steffen, une des dix convenues jeudi dernier en présélection. Enfin, l'affaire du train d'or n'est pas évoquée au fil de l'émission, par manque de temps. Une heure de direct, dans une ambiance détendue et conviviale, sans penser un instant à la densité des milliers d'auditeurs, avec un Jacques Pradel, maître de ses sujets et du timing, oscillant entre maîtrise et imporvisation. Du grand art et un vrai bonheur ! Une heure trop vite passée, au regard de la richesse des affaires évoquées. Un plaisir aussi de constater combien Jacques Pradel a apprécié l'ouvrage. Grignoter dans le parc du Théâtre Marigny, au marché aux timbres évoqué dans l'affaire de la malle sanglante de Couville, puis musarder dans les galeries de l'avenue de Matignon ( de paisibles Marquet, du Buffet à foison, un délicieux Brueghel, des Boudin, des Dufy), puis celles de la rue de Miromesnil (Un Marcel Duchamp) avant de rejoindre la gare Saint-Lazare à 16 h 20. Retour vers le quotidien dans une ambiance printanière. RETOUR SUR EMISSION Naturellement, je découvre que l'émission est finalement écoutée par des proches et connaissances, tel un vieux copain de collège écoutant la station en sourdine dans sa filiale d'exportation dentaire, mais aussi des inconnus, cousine et auteurs de BD, qui prennent dès lors contact et découvrent votre travail. Déjà, de premiers retours positifs d'auditeurs : Céline ("Jacques Pradel a "dévoré" le bouquin, ce sont ses propres mots, et il était sincère au vu de son large sourire et de son regard pétillant. Une belle "prestation" de Jean-François pour couronner le tout, chouette! "), Christine, Laura, Marie-Anne ("Belle émission !"), Alexandre, Marie-Ange ("J'ai beaucoup apprécié vos récits , si précis et intéressants. J'ai écouté en direct et j'ai été captivée , et agréablement surprise d'entendre un sujet bien préparé qui fourmillait de détails. Dommage, c'était trop court. Felicitations. Je vais aller vendredi à la Fnac acheter votre livre "), Stéphane Ha( "Désormais deux grands raconteurs d'histoire."), Jacqueline Po ("J'ai écouté en direct tout en travaillant : très captivantes, ces histoires." ), Crom ( "Vachement bien, ta prestation." ), Philippe Po, André Pa, Lionel Ca("Tu as vraiment assuré, vieux. Prestation d'autant plus réussie qu'elle était en direct."), Charlotte Le ("L'émission était très bien et très intéressante. "), Philippe Ta ("Je vous ai écouté hier avec Pradel, j'écoute chaque jour son émission, dans mon atelier en grattant du papier avec une plume en acier et de l'encre qui tâche les doigts... Et je ne vais pas tarder à me procurer le bouquin dont vous avez parlé chez Pradel, cet aprem."), Manu ( "Tu cartonnes. Bien, l’émission de radio ! C'était fluide et intéressant. Je m'attendais à ce que les crimes du rail se passent tous dans des trains, mais en fait, ça englobe les gares également."), Christian-Louis ("Il est médiatique, le Miniac !"), Franck Du ("Tu as une voix de ministre, posée, à la radio. Je ne reconnaissais pas ta voix au quotidien, si ce n 'est par quelques intonations"), Odette Ma du Coglais ( Jacques Pradel a fait beaucoup de compliments sur son livre), Paule Du, Marie-Ange Lej-Rou ( Je viens de terminer ton livre après avoir erré dans tous les étages de Gibert Joseph pour finalement le trouver au rayon ''Histoire ". C'est passionnant , bien écrit avec beaucoup de recherches. Tu méritais vraiment ton passage chez Pradel ( j'avais adoré l'émission , tu connaissais bien ton sujet ) Toutes mes félicitations ! )et Jérôme Po ( Petit retour sur mes impressions d'auditeur de l'émission. J'ai passé les premiers instants à m'étonner de ne pas trop reconnaître ton timbre de voix, un peu voilé ai-je trouvé. Quoiqu'il en soit je suis très vite rentré dans les trois récits, très passionnants ! Avec des petits détails qui m'ont parfois bien amusé, malgré le contexte sordide des affaires. Une petite préférence pour le récit de l'affaire de la malle, le fameux "crime philatélique"... Mais qu'est-ce qui passe donc parfois par la tête des gens ?! Et pourquoi ne pas s'être débarrassé du corps dans la Seine, c'était moins loin ! Et les petites discussions innocentes sur la profondeur des eaux avec les autochtones en bord de mer alors que la malle était à la gare... Il y a vraiment eu des instants jubilatoires ! Mais j'ai aussi bien aimé les éléments liés au hasard. Très présents dans la première histoire. Bel exemple de réalité qui dépasse la fiction, un romancier se ferait recaler avec le coup du mec suivi à partir de la cabine téléphonique... Comme Jacques Pradel et toi l'avez souligné, la non-préméditation de la plupart des crimes et le côté huis clos d'un voyage en train où les protagonistes ne se connaissent pas donnent pas mal de piment à découvrir ces affaires. On sent d'ailleurs que Jacques Pradel ne s'est pas forcé à lire ton bouquin, il a l'air d'être très amateur de ce genre d'enquête, même de polar plus généralement. J'ai été déçu de voir que l'émission était déjà terminée.). Et des félicitations : Agénor LR, Yann A, Thierry, Aurélien M, Stéphane Ol, Guyslaine, Lydie Lo et Dominique Desma. Et, formule du temps, de rapides appréciations facebookienne ( Catherine Go, Sortie d'Usine, Lionel, Christian-Louis Ec, Roselyne An, Maryse Co, Sébastien Ro, Edouard Ba, Emmanuel P,Charly Sa, Jacques, Céline Hy, Félicia Or, Cédric Gé, Jeanne Sa-Ch, Pauline Ca, Karine Le, Catherine Le, Olivier B, Vincent Du, Zone Livre, Fabrice Le Hé, Thierry Gi, Olivier Br, Severine, Mélanie Si, Catherine Le, Aurélien Ma, Manu De, Popeye, Luc Tu, Carole DuR, Maryline Ma, Sofia Az-Be-Man, Martine Be, Mareva Fe, Priscilla, Alexe Ty, Jean-Luc Co)

MEDIAMETRIE : Avec plus de 4 millions de téléchargements en décembre 2013, RTL est la seconde station la plus téléchargée en France. Après Laurent Guerra et Les Grosses Têtes, L'Heure du crime est la troisième émission la plus téléchargée de la station, avant celles de Marc-Olivier Fogiel et Eric Zemmour. Pour réécouter l'émission, voici un lien ou en haut à droite de la page d'accueil du blog : http://www.rtl.fr/emission/l-heure-du-crime/ecouter/l-integrale-les-grandes-affaires-criminelles-du-rail-7769192699 Le livre sur le catalogue des centres culturels Leclerc pour Noël 2013, entre Stéphane Bern et Les Poilus.

mercredi

Les Grandes Affaires Criminelles, la revue

C'est en juillet 2014 que paraitra un numéro hors-série de la revue historique Les Grandes Affaires de l'Histoire, bimestriel dans lequel le lecteur pourra retrouver diverses plumes historiques, dont celle de Jean-François Miniac pour trois articles richement illustrés et consacrés à autant de faits divers judiciaires aux développements cinématographiques, de l'Eure à la Creuse en passant par la Corrèze. Une première pour son auteur, dans le cadre de cette revue, et un plaisir. Finalement, le numéro hors-série de LGAH s'avère être un nouveau titre de presse : Les Grandes Affaires Criminelles, à parution trimestrielle et non bimestrielle, écrit par la même équipe rédactionnelle que celle des Grandes Affaires de l'Histoire. Les Grandes Affaires Criminelles, Juillet-Août-Septembre 2014. Les Grandes Affaires Criminelles n° 2 Octobre-Novembre-Décembre 2014 Fort de l'intérêt porté au premier numéro par le lectorat, l'équipe rédactionnelle a été conviée à rédiger ce second numéro d'automne. Parmi les contributeurs, vous y retrouverez la plume de Jean-François Miniac. Les Grandes Affaires Criminelles n°3 Janvier-Février-mars 2015 Un troisième numéro est d'ores et déjà bouclé, prévu pour début 2015.

Les Grandes Affaires de l'Histoire n°9


Dans le numéro 9 du bimestriel Les Grandes Affaires de l'Histoire, retrouvez Jean-François Miniac pour un entretien avec un duo d'auteurs - l'un écrivain, Jean Raspail,l'autre bédéiste, Jacques Terpant - ainsi que pour sa rubrique judiciaire 'Histoire en procès", ponctuellement consacré à une affaire monégasque qui, en son temps, eut un retentissement international. Parmi les plumes, vous retrouverez les habituels Philippe Grandcoing, Christophe Belser, Vincent Brousse, Jean-Michel Cosson, Michel Benoit et un nouveau : Jean-Pierre Fontaine, historien et agrégé de lettres classiques. * Les Grandes Affaires de l'Histoire, numéro 9, novembre-décembre 2014.

lundi

Les Grandes Affaires de l'Histoire, n° 7.

Le n° 7 du bimestriel Les Grandes Affaires de l'Histoire parait en septembre 2014, focalisé sur la monarchie française. Parmi nombre de plumes historiques ( Jean-Michel Cosson, Christophe Belser, Michel Benoit, Philippe Grandcoing ), retrouvez celle de Jean-François Miniac pour une nouvelle rubrique judiciaire ("L'Histoire en procès"), en l'espèce consacrée à l'affaire Raoul Villain, ainsi qu'un entretien avec un écrivain-historien parmi les plus médiatiques, le savoureux Michel de Decker.

vendredi

Tonnerre de Bulles !


Aujourd'hui, référence au "tonnerre de Brest" hergéen, le petit trimestriel Tonnerre de Bulles est amoureusement concocté par le vitréen Yannick Bonnant, un ancien rédacteur de feu l'excellent magazine dieppois Sapristi. Confidentiel tout en étant de qualité, ce titre reste l'un des dinosaures du fanzinat français consacré à la bande dessinée, sans doute le dernier fanzine de BD en France après l'évaporation de la lame de fond des années 70. Pour ce numéro d'automne 2014, Yannick Bonnant a demandé à Jean-François Miniac d'interviewer Jacques Terpant, figure du réalisme historique, notamment autour de ses passionnantes adaptations de l'œuvre de l'écrivain Jean Raspail, son ami. Par ailleurs, trois pages sont focalisées sur le travail bédéphile de Miniac. De fait, ce numéro sentira bon l'authenticité drômoise, la nostalgie américaine et la rêverie patagonne. Il est présenté en avant-première au festival BD Quai des Bulles, les 10, 12 et 12 octobre 2014. * Tonnerre de Bulles, n°8, "Le parcours atypique d'un gentleman normand" par Jacques Terpant, octobre 2014.

Patrimoine Normand n° 89


Numéro du printemps 2014, le n° 89 du trimestriel Patrimoine Normand parait début avril. Parmi nombre de plumes, dont Michel de Decker, retrouvez celle de Jean-François Miniac pour une nouvelle chronique criminelles normande. Celle de ce trimestre est consacrée à une affaire rouennaise, l'affaire Roland Brenac, Marcel Brentot et Lucien Poret, trio de jeunes dévoyés qui a été jugé à Rouen par les Assises de la Seine-Inférieure le 13 mars 1937. Leur crime ? Avoir assassiné une vieille rentière à son domicile rouennais du 5 rue Marie-de-Beaumont le 2 janvier 1937.

Les Grandes Affaires de l'Histoire, n°6


C'est début juillet 2014 que parait un numéro n°6 de l'épatante revue historique Les Grandes Affaires de l'Histoire, bimestriel consacré à la Révolution Française et dans lequel le lecteur peut retrouver diverses plumes historiques, dont celle de Patrice Gueniffey, Michel Benoit, Jacques-Olivier Boudon, Philippe Grandcoing, Jean-Michel Cosson, Vincent Brousse, Christophe Belser, Kevin Labiausse. Et encore celle de Jean-François Miniac pour un focus consacré à des faits liés à la guerre froide, dans un domaine nouveau pour ma part. Un plaisir, comme toujours. Les Grandes Affaires de l'Histoire, n°6, Juillet-Août 2014. Ozanam, Les Grandes Plaidoiries, La Martinière, 2011.

jeudi

Tradition du goût !


Décidément, faisant le bilan éditorial en cette fin d'année 2013, 2014 s'avère de bonne augure avec la sortie prévue de six livres, dont deux légers encore à réaliser et trois en collaboration, et une série de chroniques dans deux trimestriels patrimoniaux et une radio. Ce 19 décembre, je prends connaissance, par l'intermédiaire d'un ami auteur, de l'accord d'un éditeur pour un projet grand public. Comme auteur, il est des ouvrages auxquels on demeure plus attaché qu'à d'autres. Celui-là en est un. Ce d'autant que ce livre sera réalisé en commun avec un autre auteur, attachant et de talent de surcroît, complémentaire dans son approche visuelle. Il en est des livres comme des gens, certains ne peuvent fonctionner qu'ensemble. Je sais ce projet avoir trouvé un écrin parfait pour s'adresser à un large lectorat et trouver naturellement son public. Je sais aussi ne pas être à la merci des divers aléas éditoriaux d'après création qui peuvent altérer ou anéantir l'accueil d'un ouvrage : prix du livre inadéquat, visuel de couverture inesthétique, commercial aux abonnés absents ou encore réseau de distribution inapproprié. Et cela, c'est vraiment confortable pour oeuvrer. D'avance, je me réjouis de cette nouvelle collaboration à quatre mains, inédite avec mon futur co-auteur. Rendez-vous probable au printemps pour sa réalisation. Puisse ce livre s'inscrire dans la tradition du bon goût et en engendrer d'autres...

Les Grandes Affaires de l'Histoire n°3


Le troisième numéro du trimestriel Les Grandes Affaires de l'Histoire est sorti début janvier 2014. Le numéro de ce superbe magazine historique sur papier glacé est naturellement consacré à la Der des ders, abominable conflit dont la France fête curieusement le centenaire de l'entrée en guerre à l'été 1914. Au menu du n° 3, les passionnés d'Histoire retrouvent une série d'articles épatants et judicieusement illustrés, notamment l'auteur de Paroles de poilus, le livre aux trois millions de lecteurs, et Le Mémorial de la Grande Guerre à Meaux. Et, aussi, votre serviteur pour une poignée d'articles, dont un portfolio consacré aux redoutables caricaturistes de la première guerre mondiale, au si talentueux Ornais Charles Léandre en premier lieu. Le lectorat étant au rendez-vous des deux premiers numéros, le trimestriel offre une meilleure présence éditoriale et se mue en bimestriel. A vos kiosques pour ce numéro de janvier-février !

mardi

Chronique criminelle sur SNCF-La Radio


En ce 18 décembre, la grande presse annonce la disparition de Ronald Biggs (1929-2013) dit Ronnie, auteur du fameux casse du train Glasgow-Londres en août 1963 et compère que ce cher Bert Spaggiari avait rencontré à Rio. Le hasard fait que, ce même jour, SNCF-La Radio m'informe d'une belle nouvelle autour de la criminalité ferroviaire : chacune des histoires des Grandes Affaires Criminelles du Rail , livre paru chez de Borée en novembre, sera réécrite sous forme courte pour faire prochainement l'objet d'une chronique criminelle sur SNCF-La Radio, l'antenne du groupe SNCF. Cette pastille de deux minutes 20 a été mise en boite par la journaliste de la matinale Delphine Rabasté, les 20 et 29 janvier 2014, puis les 10 affaires diffusées dans la foulée. Un vrai plaisir, cette nouvelle corde. Un petit challenge aussi, ce format court pour raconter une affaire ! Pour l'heure, sont évoqués les affaires de Lubanski à Saulce-sur-Rhône en 1870, de l'inventeur Louis Leprince en 1890, de la malle de Couville en 1896, de Leblanc et Leuthreau en 1908, de l'affaire du conseiller Prince en 1936, des lingots d'or en 1938, du Milliard de la Banque de France à Clermont-Ferrand le 9 février 1944, de l'attaque de Neuvic-sur-Isle en juillet 1944 et du groupe M5 en 1984. Wait and see !

Patrimoine Normand n° 88


Sortie en janvier 2014, le numéro d'hiver du trimestriel Patrimoine Normand présente, entre autres rubriques, la chronique criminelle normande signée Jean-François Miniac, sur une affaire elbeuvienne des années Trente.

jeudi

Critique

« J'en étais à la moitié de ton livre lorsque ma belle-mère l'aperçu sur la table et affirma qu'elle était une passionnée de cette collection. Elle n'avait pas celui-ci. Tu auras compris qu'elle me l'a emprunté pour le lire et que je ne l'ai jamais récupéré. Je me suis fait bien voir grâce à toi du coup ! Du point de vue de la forme, ton écriture était limpide, claire et stylée. J’appréhendais un peu, car ce n'est pas le genre de mes lectures habituelles (je lis plutôt de la philo, des sciences ou de la BD.) Bref je me suis embarqué dans la première histoire, puis la seconde, puis la suivante. Et je les trouvais mieux et plus intéressantes au fur et à mesure; peut-être parce qu’elles étaient datées du plus éloigné à maintenant et que donc les éléments que tu pouvais découvrir devenaient moins difficiles à trouver et à exploiter. Plus tu avais de contenu, plus tu pouvais esquisser l’atmosphère de chaque récit. » Hervé FREHEL Né en 1970, Hervé Fréhel a débuté des études de lettres, puis de philosophie avant de se former à l'école des Gobelins de Paris pour faire du dessin d’animation. Auteur de L’Héritage des Dieux et d’Instinct sauvage, il vit dans la Manche.

Femmes, femmes, femmes


Elles se prénomment Violette, Lucie, Louise ou Cécile. Pour mon plus grand plaisir, j'écrirai leurs singuliers destins en février-mars 2014. Thématique livrée en décembre 2013, le recueil sera le second volume écrit par mes soins dans la nouvelle collection. Elles se prénomment Anne, Sophie, Germaine, Gaby ou Liane. Pour mon plus grand plaisir, j'écris actuellement leurs si singuliers destins. Nouvel éditeur pour moi, nouvelle collection, nouvelle région, nouvelle thématique aussi, nouvelles contraintes techniques (écrire au présent de l'indicatif, sans retour temporel) : telles sont les données de ce challenge de 300.000 signes. J'en profite pour remercier Jean-Michel d'avoir suggéré ma collaboration à cet éditeur qui s'avère d'ores et déjà s'impliquer avec pertinence dans le choix des sujets et échanger en bonne intelligence. Livraison de ce premier volume au 15 février 2014. Un second est décidé, plan livré en décembre 2013. Puisse la nymphe poursuivre agréablement sa métamorphose.

Miniac chez Jacques Pradel, L'Heure du Crime, RTL.

Les Grandes Affaires Criminelles du Rail dans L'Heure du Crime, chez Jacques Pradel, sur RTL, le 27 janvier 2014 : Chaque jour de la semaine, du lundi au vendredi, de 14 à 15h, le journaliste-écrivain Jacques Pradel anime l'émission L'Heure du crime sur les ondes de RTL, première radio de France devant Europe 1, France Inter, Europe 1, RMC et France Bleu avec 12, 5 % d'audience en parts cumulées. Depuis le 25 août 2010, il présente L’heure du crime, ce rendez-vous quotidien relatant au moins un fait divers ayant marqué les Français, analysant les grands faits divers judiciaires de France. Auteur de quatre livres de "True crime" à compter de 2010, parus aux éditions Télémaque, Jacques Pradel a écrit une dizaine de livres en parallèle de son activité journalistique, couronnée d'un Prix Roland Dorgelès. Chaque jour, l'émission est écoutée par 900.000 auditeurs en 2013. L'émission ayant initialement contacté les éditions de Borée pour un passage à l'antenne en décembre et ne pouvant être disponible à l'époque, nous avons convenu d'un nouveau rendez-vous après les fêtes, en janvier, précisément le 27 lundi janvier 2014. EDITO : "Bonjour à tous ! Tout le monde a en tête « le crime de l’Orient Express » d’Agatha Christie ou, plus près de nous, le film de Costa Gavras « Compartiment tueur ». On a eu envie de savoir ce qu’il en était dans la réalité. Mon invité, Jean-François Miniac, scénariste et dessinateur, est littéralement fasciné par le sujet. Avec lui nous allons remonter le temps, depuis l’été 1984 où un mystérieux groupe terroriste « M5 » a fait trembler la France avec ses attentats contre des gares, à Lyon, à Grenoble, à Annecy. On évoquera la mystérieuse affaire de la mort du conseiller Prince, retrouvé déchiqueté sur une voie de chemin de fer près de Dijon, à l’époque du scandale Stavisky. Dans les « incontournables », nous vous raconterons une affaire de malle sanglante qui plonge les enquêteurs de la sûreté parisienne dans le milieu des collectionneurs de timbres. Bref, nous constaterons que la fameuse phrase gravée sur les vitres des compartiments de chemin de fer « E pericoloso sporghersi » est toujours d’actualité !" Jacques Pradel Le vendredi 24 en fin d'après-midi, après avoir été averti d'un premier choix en début d'après-midi, j'ai été informé par l'assistante de Jacques Pradel, Perrine, des quatre affaires ferroviaires qui seront évoquées durant l'émission, toutes quatre issues du livre de chez De Borée, comme illustration de la criminalité ferroviaire. Pour l'équipe de L'Heure du crime, le fait d'avoir du matériel sonore est aussi une condition dans le choix des histoires. Un nécessité s'impose : diffuser du matériel sonore pour l'une ou l'autre des affaires. Les voici donc : L'affaire Joseph Aubert et Marguerite Dubois, samedi 15 mai 1896, Paris et Couville (Manche). Cour d'assises de la Seine, Paris, 5 novembre 1896. L'affaire du conseiller Prince (183-1934), mardi 19 février 1934, Dijon (Côte d'Or). Affaire classée Acte de naissance d'Albert Prince ( Grand merci à Sylvain Larue). L'affaire Auguste-Lazare Méla (1895-1960) et l'attaque du train d'or ( Joe Rossi, Etienne Demarque, Emile Long, Jean Silvestri, Ange Simon, Joseph Dessi-Attlilo, Paul Leca), 22 septembre 1938, Marseille-Sainte-Barthélémy. Cour d'assises des Bouches-du-Rhône, Aix-en-Provence, 24-26 octobre 1940. L'affaire M5 le maudit, Thierry Maitret et Claude Vallot, 13-17 août 1984, Lyon, Annecy et Grenoble. Cour d'assises de Haute-Savoie, Annecy, 25 novembre 1988. Arriver à Paname au matin par la gare Saint-Lazare, passer devant le lycée Condorcet cher à Serge Stavisky, puis rue du Faubourg Saint-Honoré, puis devant la place Beauveau, siège de la DST, curieusement comme autant de lieux présent dans les affaires de la prochaine émission. Puis, après cette marche à faire du lèche-galeries, picorer avant de me rendre devant RTL et d'y rencontrer la responsable de collection chez de Borée, ponctuelle au rendez-vous. Au final, en arrivant au 22 rue Bayard, l'assistante de l'émission m'indique que celle-ci se focalisera sur l'affaire M5 ( celle que je maîtrise le moins), l'affaire Prince, l'affaire Aubert-Dubois, l'affaire Steffen et, in fine, l'affaire du train d'or. Après discussion, nous évacuons l'affaire Steffen, une des dix convenues jeudi dernier en présélection. Enfin, l'affaire du train d'or n'est pas évoquée au fil de l'émission, par manque de temps. Une heure de direct, dans une ambiance détendue et conviviale, sans penser un instant à la densité des milliers d'auditeurs, avec un Jacques Pradel, maître de ses sujets et du timing, oscillant entre maîtrise et imporvisation. Du grand art et un vrai bonheur ! Une heure trop vite passée, au regard de la richesse des affaires évoquées. Un plaisir aussi de constater combien Jacques Pradel a apprécié l'ouvrage. Grignoter dans le parc du Théâtre Marigny, au marché aux timbres évoqué dans l'affaire de la malle sanglante de Couville, puis musarder dans les galeries de l'avenue de Matignon ( de paisibles Marquet, du Buffet à foison, un délicieux Brueghel, des Boudin, des Dufy), puis celles de la rue de Miromesnil (Un Marcel Duchamp) avant de rejoindre la gare Saint-Lazare à 16 h 20. Retour vers le quotidien dans une ambiance printanière. RETOUR SUR EMISSION Naturellement, je découvre que l'émission est finalement écoutée par des proches et connaissances, tel un vieux copain de collège écoutant la station en sourdine dans sa filiale d'exportation dentaire, mais aussi des inconnus, cousine et auteurs de BD, qui prennent dès lors contact et découvrent votre travail. Déjà, de premiers retours positifs d'auditeurs : Céline ("Jacques Pradel a "dévoré" le bouquin, ce sont ses propres mots, et il était sincère au vu de son large sourire et de son regard pétillant. Une belle "prestation" de Jean-François pour couronner le tout, chouette! "), Christine, Laura, Marie-Anne ("Belle émission !"), Alexandre, Marie-Ange ("J'ai beaucoup apprécié vos récits , si précis et intéressants. J'ai écouté en direct et j'ai été captivée , et agréablement surprise d'entendre un sujet bien préparé qui fourmillait de détails. Dommage, c'était trop court. Felicitations. Je vais aller vendredi à la Fnac acheter votre livre "), Stéphane Ha( "Désormais deux grands raconteurs d'histoire."), Jacqueline Po ("J'ai écouté en direct tout en travaillant : très captivantes, ces histoires." ), Crom ( "Vachement bien, ta prestation." ), Philippe Po, André Pa, Lionel Ca("Tu as vraiment assuré, vieux. Prestation d'autant plus réussie qu'elle était en direct."), Charlotte Le ("L'émission était très bien et très intéressante. "), Philippe Ta ("Je vous ai écouté hier avec Pradel, j'écoute chaque jour son émission, dans mon atelier en grattant du papier avec une plume en acier et de l'encre qui tâche les doigts... Et je ne vais pas tarder à me procurer le bouquin dont vous avez parlé chez Pradel, cet aprem."), Manu ( "Tu cartonnes. Bien, l’émission de radio ! C'était fluide et intéressant. Je m'attendais à ce que les crimes du rail se passent tous dans des trains, mais en fait, ça englobe les gares également."), Christian-Louis ("Il est médiatique, le Miniac !"), Franck Du ("Tu as une voix de ministre, posée, à la radio. Je ne reconnaissais pas ta voix au quotidien, si ce n 'est par quelques intonations"), Odette Ma du Coglais ( Jacques Pradel a fait beaucoup de compliments sur son livre), Paule Du et Jérôme Po ( Petit retour sur mes impressions d'auditeur de l'émission. J'ai passé les premiers instants à m'étonner de ne pas trop reconnaître ton timbre de voix, un peu voilé ai-je trouvé. Quoiqu'il en soit je suis très vite rentré dans les trois récits, très passionnants ! Avec des petits détails qui m'ont parfois bien amusé, malgré le contexte sordide des affaires. Une petite préférence pour le récit de l'affaire de la malle, le fameux "crime philatélique"... Mais qu'est-ce qui passe donc parfois par la tête des gens ?! Et pourquoi ne pas s'être débarrassé du corps dans la Seine, c'était moins loin ! Et les petites discussions innocentes sur la profondeur des eaux avec les autochtones en bord de mer alors que la malle était à la gare... Il y a vraiment eu des instants jubilatoires ! Mais j'ai aussi bien aimé les éléments liés au hasard. Très présents dans la première histoire. Bel exemple de réalité qui dépasse la fiction, un romancier se ferait recaler avec le coup du mec suivi à partir de la cabine téléphonique... Comme Jacques Pradel et toi l'avez souligné, la non-préméditation de la plupart des crimes et le côté huis clos d'un voyage en train où les protagonistes ne se connaissent pas donnent pas mal de piment à découvrir ces affaires. On sent d'ailleurs que Jacques Pradel ne s'est pas forcé à lire ton bouquin, il a l'air d'être très amateur de ce genre d'enquête, même de polar plus généralement. J'ai été déçu de voir que l'émission était déjà terminée.). Et des félicitations : Agénor LR, Yann A, Thierry, Aurélien M, Stéphane Ol, Guyslaine. Et, formule du temps, de rapides appréciations facebookienne ( Catherine Go, Sortie d'Usine, Lionel, Christian-Louis Ec, Roselyne An, Maryse Co, Sébastien Ro, Edouard Ba, Emmanuel P,Charly Sa, Jacques, Céline Hy, Félicia Or, Cédric Gé, Jeanne Sa-Ch, Pauline Ca, Karine Le, Catherine Le, Olivier B, Vincent Du, Zone Livre, Fabrice Le Hé, Thierry Gi, Olivier Br, Severine, Mélanie Si, Catherine Le, Aurélien Ma, Manu De, Popeye, Luc Tu, Carole DuR, Maryline Ma, Sofia Az-Be-Man, Martine Be, Mareva Fe, Priscilla, Alexe Ty, Jean-Luc Co)

MEDIAMETRIE : Avec plus de 4 millions de téléchargements en décembre 2013, RTL est la seconde station la plus téléchargée en France. Après Laurent Guerra et Les Grosses Têtes, L'Heure du crime est la troisième émission la plus téléchargée de la station, avant celles de Marc-Olivier Fogiel et Eric Zemmour. Pour réécouter l'émission, voici un lien ou en haut à droite de la page d'accueil du blog : http://www.rtl.fr/emission/l-heure-du-crime/ecouter/l-integrale-les-grandes-affaires-criminelles-du-rail-7769192699 Le livre sur le catalogue des centres culturels Leclerc pour Noël 2013, entre Stéphane Bern et Les Poilus.